fbpx
Back to top
Share

Une montre chargĂ©e d’histoire

Le premier modèle est dessiné par Louis Cartier en 1916 ou 1917. En 1918, une fois la Première Guerre mondiale finie, Cartier offre le premier exemplaire au général Pershing, puis la montre est commercialisée à partir de 1919, rencontrant le succès et étant rapidement commercialisée outre-Atlantique.

Il s’agit d’une montre-bracelet carrĂ©e, comme la Cartier Santos crĂ©Ă©e en 1904. Sa forme, avec les « brancards Â» (les cornes) dans le prolongement du boĂ®tier, la rapprochent de l’aspect d’un char d’assaut de l’Ă©poque, et en particulier du char Renault FT3 vu du dessus : les brancards reprĂ©senteraient les chenilles et le cadran l’habitacle5.

Malgré cette inspiration martiale, elle est fine et légère, et destinée aussi bien à un public masculin que féminin.

Pierre Rainero, qui dirige le patrimoine et l’image de Cartier, nuance cependant cette inspiration : « Contrairement aux idĂ©es reçues, ce n’est pas le fruit d’une rencontre soudaine entre Louis Cartier et un blindĂ©.

En rĂ©alitĂ©, elle est surtout la suite logique des travaux de recherche de Louis Cartier initiĂ©s avec la Santos, la première montre-bracelet dĂ©voilĂ©e en 1904 Â». Quant au nom, il ne rĂ©pondait pas Ă  des exigences marketing mais Ă  la simplicitĂ©, comme avec la Santos, dont les diffĂ©rents modèles avaient pris pour nom des objets de luxe auxquels la montre ressemblait (tonneau, tortue, baignoire, etc.). La Tank est donc nommĂ©e ainsi suivant une logique similaire. Initialement, elle s’appelle officieusement « la normale Â» puis la « Louis Cartier Â», le surnom de Tank venant plus tard.


Prix : Vendu

Post a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *